MOTEUR DE RECHERCHE
Partager sur twitter
Partager sur Facebook
Partager sur Google Plus
Partager sur Google Plus

L'arbre de mon voisin me prive d'ensoleillement sur ma terrasse. Ai-je un recours ?



La vie en société exige le respect de plusieurs règles de bon voisinage. Les occasions d’engendrer un trouble du voisinage sont nombreuses, mais seules celles présentant un caractère anormal peuvent être sanctionnés par le juge.

La perte d’ensoleillement est-elle un trouble anormal de voisinage ?


La perte d’ensoleillement en raison de la plantation d’un arbre par un voisin ne constitue pas à elle-seule un trouble « anormal » du voisinage permettant de demander réparation.

Les tribunaux sont en effet réticents à reconnaître l’existence d’un trouble anormal du voisinage du fait de la perte d’ensoleillement, surtout si le terrain se trouve en zone urbaine. L’ensoleillement en zone urbaine est selon la Cour de cassation « un avantage nécessairement précaire ».

Ainsi, dans un arrêt de 2015, la Cour de cassation a approuvé une Cour d’appel qui a refusé de reconnaître l’existence d’un trouble anormal car « les constructions édifiées au nord de la parcelle où se trouvent leur mas et leur piscine n'avaient qu'une faible incidence sur leur ensoleillement » et « rien n'établissait que la luminosité de la maison était affectée dans des proportions excédant le risque nécessairement encouru du fait de l'installation en milieu urbain ».

Dans un arrêt de 2016, le trouble anormal n’a pas été reconnu car « la construction ne diminuait que de manière très partielle, en hiver, au soleil couchant, l'ensoleillement du fonds voisin qui se trouvait dans une zone urbanisée».

Selon la jurisprudence, le degré d’ensoleillement d’une terrasse n’est donc pas un droit acquis.

L’existence d’un trouble anormal sera plus facilement reconnue si la perte d’ensoleillement vise les pièces principales de la maison. Ainsi, la Cour d’appel de Versailles a considéré dans un arrêt de 1999, qu’un arbre d’environ 6 mètres dans un jardinet à Vanves causait un préjudicie anormal du voisinage puisqu’il privait de clarté, d’ensoleillement et de vue la salle de séjour du voisin.

Quel est le recours si le trouble est anormal ?


Dans un premier temps, essayez de résoudre la situation à l’amiable avec votre voisin.

En cas d’échec, envoyez-lui une mise en demeure de cesser le trouble anormal par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.

En dernier recours, saisissez le tribunal d’instance ou, si le préjudicie est supérieur à 10 000 €, le tribunal de grande instance.

Quelles sont les sanctions si la perte d’ensoleillement est reconnue comme un trouble anormal de voisinage ?


Le juge peut ordonner l’arrachage de l’arbre ou sa réduction. Des dommages et intérêts peuvent également être accordés.

La distance à respecter entre une plantation et la maison d'un voisin figure dans les fiches "A quelle distance de ma maison mon voisin peut-il planter ses arbres ?" ou "Mon voisin a un arbre de 5 mètres planté à proximité de ma clôture. Puis-je lui demander de l'abattre ?"
Référence(s) juridique(s)
Article 544 du Code civil
Cass. civ., 3e, 28 juin 1989, n° du pourvoi ; 87-16661.
Cass. civ., 2e, 3 mai 1995, n° du pourvoi : 93-15920.
CA de Versailles, 17 décembre 1999, n° de RG : 1998-150.
Cass. civ., 3e, 29 septembre 2015, n° du pourvoi : 14-16729.
Cass. civ., 3e, 15 décembre 2016, n° du pourvoi : 15-25492
Publié par le - Dernière mise à jour de la fiche le 03/05/2019
Vous souhaitez signaler un problème sur cette
fiche ?