Recherche

Résultats de votre recherche

Nombre de résultats :

Charger plus

Filtrer par catégories

Quelles sont les conséquences du non-respect du délai de prévenance lors de la rupture de la période d'essai ?

Publié par Allianz PJ le 23/02/2017 - Dernière modification le 18/07/2019
Image de présentation
Le salarié et l’employeur peuvent mettre fin à la période d’essai sans formalité particulière. Néanmoins, la rupture de la période d’essai doit respecter un délai de prévenance qui varie en fonction du temps de présence du salarié dans l’entreprise.

Quelle est la durée du délai de prévenance ?

Sauf disposition contraire de la convention collective ou du contrat de travail, le salarié doit être prévenu dans un délai qui ne peut être inférieur à :
  • 24 h en dessous de 8 jours de présence
  • 48 h entre 8 jours et 1 mois de présence
  • 2 semaines après 1 mois de présence
  • 1 mois après 3 mois de présence.
Le salarié doit quant à lui respecter un délai de prévenance de 48 h, ou de 24 h s’il est dans l'entreprise depuis moins de 8 jours. Pour une raison de preuve, la lettre de rupture de la période d’essai doit être envoyée par lettre recommandée avec demande d'avis de réception ou remise en main propre contre décharge.

Attention !

La date à prendre en compte est la date d’envoi de la lettre et non celle de la réception.

Le délai de prévenance peut-il avoir pour effet de prolonger la période d’essai ?

Non. La période d’essai, renouvellement inclus, ne peut être prolongée du fait de la durée du délai de prévenance. La poursuite du contrat par l’employeur au-delà de la période d’essai donne naissance à un nouveau contrat de travail à durée indéterminée.

Quelle est la sanction si l’on ne respecte pas le délai de prévenance ?

L'employeur peut mettre fin à la période d'essai avant son terme (même si le délai de prévenance n'est pas respecté et qu'il s'étend au delà de la fin de période d'essai) sans que la rupture ne constitue pour autant un licenciement. Si l’employeur ne respecte pas le délai de prévenance, le salarié peut prétendre à une indemnité compensatrice, sauf s’il a commis une faute grave. Cette indemnité est égale au montant des salaires et avantages que le salarié aurait perçus s’il avait accompli son travail jusqu’à la fin du délai de prévenance. Si le salarié ne respecte pas le délai de prévenance, sa responsabilité peut être engagée si l’employeur justifie d’un préjudice.

Bon à savoir

L’employeur n’a pas à motiver la rupture de la période d’essai. Cependant, s’il rompt pour un motif sans lien avec l’évaluation des compétences professionnelles du salarié, celle-ci est abusive. Ainsi, l’employeur qui rompt la période d’essai pour un motif économique ou pour faute doit respecter les procédures de licenciement.
Référence(s) juridique(s)
Article L1221-25 du Code du travail.
Cass. soc., 28 novembre 2006, n° du pourvoi : 05-42202.
Cass. soc., 10 décembre 2008, pourvoi n° 07-42445.
Cass. soc., 23 janvier 2013, n° du pourvoi : 11-23428.
Cass. soc., 5 novembre 2014, pourvoi n° 13-18114.

Publié par Allianz PJ le 23/02/2017 - Dernière modification le 18/07/2019

Vous souhaitez signaler un problème sur cette fiche juridique ? Signalez-le

Notre équipe s'efforce de mettre régulièrement à jour le contenu de chacune des fiches. Néanmoins, il est fortement conseillé de vous rapprocher d'un professionel du droit afin de valider la pertinence de votre action.